Produire de manière durable

Produire de manière durable

Retour
 
Produire de manière durable
Scroll down

Les solutions technologiques de John Cockerill ont pour objectif de permettre de produire sans détruire. Elles visent la performance des capacités de production et des infrastructures en minimisant l’utilisation des ressources, les énergies, les rejets, tout au long de leur cycle de vie. Dans cette perspective, en 2019, ses équipes ont:
– Amélioré le rendement et la consommation d’une usine de traitement de surface (France)
– Amélioré le rendement d’une centrale nucléaire (France)
– Installé une solution de régénération d’acide dans une usine de décapage d’acier (Chine)
– remplacé trois chaudières au coke de pétrole par deux cycles combinés au gaz naturel (Canada)

Traiter les surfaces de façon plus verte

Une vie plus longue pour les matériaux

Traiter les surfaces – les nettoyer et appliquer un revêtement – donne aux matériaux de nouvelles propriétés et une vie plus longue. Spécitubes fournit principalement l’aérospatiale, l’industrie des pompes, l’automobile et le nucléaire en tubes en aciers inoxydables, titane et alliages de nickel. En 2019, il a fait appel à John Cockerill pour repenser une de ses installations de traitement de tubes en titane. Ces tubes sont destinés à des applications particulièrement exigeantes dans l’aéronautique.

Moins d’eau, plus de capacité, sécurité maximale

Michaël, Project Manager, et les équipes sont fiers du résultat : « En repensant les flux de matières et les interventions des opérateurs, nous avons réussi à multiplier par 2,5 la capacité de cette ligne de traitement de surface. Et dans le même temps, nous sommes parvenus à diviser par 3,5 le besoin en eau de rinçage. Nous avons mis un point d’honneur à concevoir un process qui assure une excellente ergonomie de travail et une sécurité maximale, à la grande satisfaction des opérateurs. »

Et au Mexique

En 2019, Sarrel, leader européen de la métallisation électrolytique sur matière plastique, a confié à John Cockerill la conception et l’installation de sa nouvelle usine de traitement de surface au Mexique. De quoi satisfaire les besoins locaux de l’industrie automobile, mais aussi de l’électronique, de l’électroménager et de la parfumerie.

John Cockerill est au premier plan mondial du traitement de surface, avec des équipes en Chine (Cockerill Tempro), en Finlande (Galvatek) et en France (CMI Sleti). Le Groupe compte également les compétences nécessaires en traitement d’air et en traitement des effluents liquides, ce qui lui permet de proposer des solutions globales.

Contribuer à la performance du nucléaire en toute sécurité

Les exigences les plus strictes

La centrale nucléaire EDF de Cattenom devait remplacer les six réchauffeurs basse pression de la tranche 1 durant un arrêt de tranche en 2019. Une opération délicate qui permet notamment d’augmenter le rendement de la centrale : ces équipements servent à réchauffer l’eau qui alimente les générateurs de vapeur. Les exigences des opérateurs du nucléaire sont les plus strictes. Ils ne confient ces importants travaux qu’à des partenaires certifiées qui ont prouvé leur professionnalisme. EDF a choisi de confier cette opération à John Cockerill.

Sécurité des opérations, rendement des installations

Claire, Ingénieur Chef de Projet : « Ces réchauffeurs sont imposants : 12 m de long et 25 tonnes chacun ! Nous avons soigneusement préparé le chantier et démonté les équipements qui gênaient leur extraction. Puis nous avons monté une charpente de 140 t pour permettre le levage et la dépose. Les faisceaux de tube laiton ont été remplacés par des faisceaux de tube inox pour un meilleur rendement. La force de John Cockerill a joué à plein, puisque huit Business Units ont chacune apporté leur expertise spécifique.»

« Et puis, poursuit Claire, parce que la sécurité est notre priorité, nous avons organisé un challenge entre équipes. C’était une super expérience. Nous sommes fiers d’apporter des solutions au nucléaire pour lui permettre de produire davantage d’électricité avec les mêmes infrastructures, et ce, avec cette rigueur sécurité qui nous caractérise. Partenaires de longue date, nous intervenons sur toutes les centrales de Belgique et de France, avec du personnel formé et habilité. »

Recycler 100% de l’acide de décapage de tôles dans la sidérurgie

Pas d’acide perdu

Baowu, comme tous les autres sidérurgistes, utilise de l’acide hydrochlorique pour décaper les tôles produites. Un acide qu’il est possible de régénérer presqu’à 100%. Jusqu’ici, ce membre du plus grand groupe sidérurgiste chinois recyclait une partie de son acide à l’aide d’une technologie ancienne. Il cherchait une solution plus verte. En 2019, il l’a trouvée chez John Cockerill.

Performances environnement inégalées

Michael, Directeur Général de CMI UVK, en charge de la commercialisation des installations de régénération d’acide (ARP) du Groupe, en parle avec passion : « La technologie de John Cockerill permet un recyclage de quasi 100% de l’acide usé. Notre façon de refroidir rapidement les fumées et leur nettoyage garantissent des émissions ultra-faibles et inégalées sur le marché. Le préchauffage de l’air de combustion est synonyme de gain d’énergie et de réduction des émissions de CO2. Une des deux installations que nous sommes actuellement en train de construire pour Baowu est la plus grosse installation au monde. Elle traite l’acide de trois entités de décapage différentes, avec une seule salle de contrôle. L’oxyde de fer récupéré à faible émission de poussières est valorisé dans d’autres procédés industriels.»

Des lignes sidérurgiques adaptées aux aciers de nouvelle génération

En 2019, JSW, important producteur d’acier indien, a confié à John Cockerill la construction d’une nouvelle ligne de recuit continu adaptée aux aciers de la dernière génération : plus résistants. Grâce à la maîtrise de l’ensemble des équipements clés, et notamment l’étape cruciale de refroidissement, la ligne contribue à la résistance des aciers produits. C’est la 10ème commande de ligne de traitement que John Cockerill enregistre de la part de JSW. Une belle marque de satisfaction… et de confiance !

Permettre à l’industrie de contribuer à la transition énergétique

Transition énergétique : moins d’énergie carbonée

Suncor, acteur pétrolier canadien, est soucieux de son empreinte environnementale. Les besoins en vapeur pour l’exploitation de sables pétrolifères étaient couverts par trois chaudières au coke de pétrole arrivant en fin de vie. Plutôt que de les renouveler, il a choisi de les remplacer par deux cycles combinés au gaz naturel. Ils produiront de la vapeur utilisée directement pour les besoins propres du site, mais aussi de l’électricité, contribuant ainsi à la transition énergétique de l’Alberta, encore largement tributaire du charbon.

8% des besoins électriques de l’Alberta

Olivier, Proposal Manager : « Remplacer le coke de pétrole par du gaz est vertueux : il réduit l’impact CO2 de 40% et réduit les substances indésirables comme le soufre, les particules ou les métaux lourds. Les turbines Mitsubishi rejettent du gaz de combustion à 700°C. Nous le récupérons dans nos chaudières pour produire de la vapeur. Et pour être au top mondial des normes environnementales, nous avons ajouté des pots catalytiques sélectifs pour réduire les émissions d’oxyde d’azote. »  Ces deux cycles combinés fourniront à la province d’Alberta 800 MW d’électricité, ce qui correspond à 8% de ses besoins en électricité ou encore la consommation de quelque 500 000 ménages.

Troisième fournisseur mondial de générateurs de vapeur à récupération de chaleur, John Cockerill a construit des centaines de chaudières pour cycles combinés dans le monde entier. Il en conçoit actuellement pour le Canada, la Corée du Sud, la Slovénie et les USA.

De la vapeur pour désaliniser l’eau de mer aux Emirats arabes unis ?

L’équipe After-Sales de John Cockerill Energy intervient aux quatre coins du monde pour optimiser et upgrader des chaudières existantes : Algérie, Chili, France, Indonésie, Royaume-Uni, Turkménistan…

En 2019, elle est notamment intervenue sur la chaudière de la station des cycles combinés de Fujaïrah (Emirats arabes unis), une station dédiée à la désalinisation d’eau de mer et à la fourniture d’eau potable. « C’est une première dans le genre, raconte fièrement Habib. Nous avons conçu 4 récupérateurs de chaleur, en avons réalisé l’ingénierie, les avons fournis, avons supervisé leur construction, les avons insérés à la sortie de 4 chaudières existantes et avons assuré leur mise en route. Chacun peut être considéré comme une mini-chaudière, qui produit une nouvelle vapeur à basse pression en récupérant les fumées perdues vers la cheminée de sortie. Grâce à notre intervention, la station de désalinisation d’Emirates Sembcorp a vu son rendement grandement optimisé. »